L’impression 3D débarque sur le secteur des sports d’hiver

La flamme olympique est arrivée en Corée du Sud le 1er novembre.
16 novembre 2017
Voir tous

L’impression 3D débarque sur le secteur des sports d’hiver

C’est le début d’une nouvelle ère pour l’équipement de ski sur mesure. Inventée par trois français en 1984, l’impression 3D voit son utilisation exploser depuis les années 2010, elle est déjà utilisée dans la médecine, la bijouterie de luxe et les industries aérospatiales. La haute technicité du matériel de sport d’hiver en fait un candidat idéal pour participer à l’éclosion de la technologie d’impression 3D, et pour cause, les recherches des entreprises dans le domaine commencent à donner des résultats tout à fait exploitables. L’impression 3D, ou quand la technologie de pointe permet d’amplifier les performances sportives…

 

Première étape franchie par Stratasys avec le ski imprimé en 3D

 

« Les records sportifs d’hiver ne sont pas tous établis à Sotchi » c’est ainsi qu’en 2014 le fabricant de matériel de sport Sastrasys avait annoncé sur son blog le test de la première paire de ski imprimé en 3D. La fabrication de skis requière un matériau robuste, rigide et résistant à d’importantes variations de température ou d’humidité. C’est pourquoi l’impression 3D peut être une alternative formidable pour le secteur. Elle reste pour le moment très coûteuse car compliquée, pour fabriquer les deux prototypes il avait fallu par exemple diviser le ski en deux parties car les imprimantes 3D disponibles pour le moment ne peuvent accepter un gabarit aussi important. L’impression 3D de skis fonctionnels reste donc expérimentale.

 

Le comité de direction de Stratasys test les premières paires de ski imprimées en 3D- North America – 2014

 

L’alliance entre Tailored fits et Materialise donne naissance à la semelle en impression 3D

 

En 2016, le partenariat entre l’équipementier sportif suisse Tailored fits et le professionnel de l’impression 3D Materialise offre à cette nouvelle technologie un avenir prometteur dans le secteur des sports d’hiver. Déjà utilisée pour fabriquer les semelles de nombreux coureurs professionnels, l’impression 3D s’avère être très utile pour améliorer le confort dans les chaussures de ski et les performances des skieurs qui les portent. En scannant la voûte plantaire de leurs clients avec des scanners 3D mobiles, Tailored Fits assure que la semelle vendue en moyenne 200€ sera parfaitement adaptée à leurs besoins. Cette technologie permet d’empêcher les points de pression et les douleurs dans la chaussure, de limiter la fatigue et de réduire l’usure des articulations. La semelle apporte du soutien au pied et permet d’allonger le temps de confort optimal lors de la pratique du ski, n’éta

 

nt pas fixée sur la chaussure elle concerne autant les skieurs qui possèdent leur propre matériel que les loueurs invétérés.

 

 

Une vraie révolution pour le secteur

 

 

Ces avancées sont loin d’être anecdotiques, elles vont bouleverser le secteur de l’équipement de ski et pour cause : Tailored Fits a mis au point avec Materialise un système de production de masse efficace pour rendre cette technologie accessible au grand public. Des scanners seraient disposés dans les magasins revendeurs, les scans envoyés directement à Materialise qui produit les semelles et les expédie. L’entreprise étudie les possibilités de changement dans la façon de s’équiper et se penche actuellement sur l’élaboration en impression 3D de la doublure de la chaussure de ski. Les prototypes de chaussons et de la languette sont testés par des skieurs professionnels et seront certainement disponibles sur le marché début décembre 2017. La rumeur court même qu’une équipe nationale sera équipée de cette doublure de chaussure pendant les Jeux Olympiques d’Hiver en février 2018.

 

 

 

 

L’impression 3D c’est bon pour le ski et pour la planète !

Et si cette avancée révolutionnaire pour le secteur de l’équipement sportif pouvait aussi être une avancée écologique ? Leader sur le marché de l’impression, le français Armor 3D Printing a inventé en septembre 2016 un filament d’impression 3D écoresponsable, à la fois recyclé et recyclable. L’entreprise a annoncé, en mars 2017, la signature d’un partenariat avec la plateforme d’impression 3D collaborative Freelabster afin que ses utilisateurs puissent tester les filaments OWA 3D. Robustes et techniques, ces filaments sont fabriqués à partir de : chaussures de ski recyclées ! On distingue là une opportunité colossale pour le secteur et on se prend à rêver d’une production de matériel de ski circulaire. En espérant que ce rapprochement pourra inspirer quelques idées d’alliance entre Armor 3D Printing et Tailored Fits X Materialise afin de nous concevoir des chaussures de ski confortables et écoresponsables.

 

Lors de la course des Contamines Montjoie en 2014 les lauréats se sont vus remettre un trophée imprimé en 3D par Lynkoa et MyFrenchfab